La Préfecture du Rhône

Rénovation de l’Hôtel du Département

Un fleuron de l’architecture lyonnaise de la fin du XIXe

La Préfecture du Rhône fut construite par l’architecte en chef du département, A.-G. Louvier, entre 1880 et 1890. L’édifice constitue l’un des fleurons de l’architecture lyonnaise de la fin du XIXe siècle, inscrit au titre des Monuments Historiques le 26 octobre 1981.











Le saviez-vous ?

Des charpentes métalliques furent mises en oeuvre sur le bâtiment. En effet, la révolution industrielle et les progrès techniques du XIXe siècle bouleversent l’architecture. Le métal s’emploie peu à peu sur tout type de construction et en 1880, après les ouvrages d’art et le génie civil, la construction métallique gagne ses lettres de noblesse pour les bâtiments publics les plus prestigieux.

Dénommé aujourd’hui Hôtel du Département, le bâtiment abrite les bureaux et les services du Préfet de Région ainsi que le siège du Conseil Départemental du Rhône. La conception et les conditions d’exécution du chantier en site occupé ont dû intégrer cette dimension particulière du site, avec des activités sensibles, et des contraintes fonctionnelles et opérationnelles très fortes.

Plusieurs phases d’études et de travaux se sont succédées de 2007 à 2019.
Le programme des travaux sur cet ERP de 1ère catégorie recouvrait trois principaux objectifs :

La rénovation du clos-couvert

Le projet s’est attaché au confortement des charpentes, à la réfection des couvertures sur trois ailes au coeur du bâtiment (en ardoises cloutées et zinc à tasseaux, avec verrières), à la restauration ou la réfection de l’ensemble des menuiseries extérieures selon les modèles d’origine, ainsi qu’à la réfection du sol des cours intérieures (en pierre de Villebois).







Une attention particulière a été portée sur la rénovation des quelques 500 menuiseries extérieures, dans une optique de préservation et d’amélioration de la qualité environnementale du bâtiment, en optant pour des solutions techniques réversibles et adaptées : conservation des menuiseries originelles et amélioration de leurs performances thermique et acoustique par la mise en place de joints d’étanchéité et de vitrages isolants de faible épaisseur.









La rénovation des installations techniques

L’intervention sur les installations techniques a porté sur la construction de locaux techniques enterrés sous les jardins extérieurs (livraison haute tension, pompes à chaleur et sous-station de chauffage urbain), la réfection des principaux locaux techniques (production de chaud, de froid, traitement d’air, transformation et secours électrique), et celle des réseaux primaires et colonnes montantes dans l’ensemble du bâtiment.



L’amélioration des conditions de sécurité incendie

Cette partie du programme de travaux a porté sur la réfection des organes principaux du SSI et son extension, le recoupement des circulations et des ailes de bâtiment, l’encloisonnement et le désenfumage des escaliers, ainsi que l’isolement des locaux à risques.



Outre les exigences élevées inhérentes au Monument Historique, relatives à la préservation du patrimoine et à la qualité d’exécution des ouvrages, la conception comme la réalisation des travaux ont dû intégrer la spécificité d’un site sensible occupé.
L’opération a nécessité une grande écoute des besoins et des impératifs des occupants, et une réactivité particulière pour mener à bien les travaux dans des conditions très contraintes. L’agence archipat a pu ainsi être proactive et force de proposition dans les domaines techniques, architecturaux et fonctionnels, pour permettre de livrer les ouvrages en respectant la qualité attendue, les coûts et les délais.

Revoir le projet

Vous avez apprécié ce projet ? Retrouvez d’autres réalisations du même ordre :