Actualités

Conservation-restauration de l’Hôtel Lacroix-Laval

Construit en 1739 et 1754 et attribué à Jacques-Germain Soufflot, l’hôtel Lacroix-Laval devient en 1925, avec l’hôtel de Villeroy, le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs.

Le chantier de conservation-restauration de l’hôtel commence par la restauration du clos-couvert.

Les échafaudages et le parapluie réceptionnés, la dépose de la couverture en tuile mécanique a révélé une partie de la charpente ancienne, sous une charpente neuve réhaussée et simplifiée.

Sécurisation d’urgence de la flèche de la cathédrale Saint Bénigne à Dijon

Construite en 1894, la flèche de la cathédrale est la plus haute de France (65m de haut, 330 tonnes). A l’été 2020, nous avons constaté que les appuis de la base de la charpente avaient cédé : la flèche s’était affaissée et avait basculé. La DRAC Bourgogne-Franche-Comté a confié une mise en sécurité d’urgence à l’entreprise Les Charpentiers de Bourgogne, sous la maîtrise d’œuvre de M. Bacot, ACMH. Des poutres métalliques ont été fabriquées sur mesure en atelier, levées à la grue et assemblées sur place pour soulager les appuis de la flèche en attendant sa restauration. L’opération s’est déroulée d’août à octobre 2020.

Dernières finitions pour le musée Champollion et premières arrivées d’oeuvres

Les entreprises en charge de la restauration du bâtiment et des espaces verts peaufinent les dernières finitions et les équipes de la conservation installent minutieusement les œuvres dans les vitrines pour une ouverture au public début juin 2021. Le Musée présentera la vie des frères Champollion, il fera voyager le visiteur de Vif à L’Egypte. Les collections font leur retour à l’ancienne « Maison des Champs ». Elles sont complétées par des prêts de nombreux Musées dont ceux de Grenoble, du Louvre et du Quai Branly.  

2022 sera la date anniversaire des 200 ans du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion s’écriant alors « je tiens l’affaire » !  

Création de la trémie du grand escalier au château d’Aubenas

Les aménagements contemporains du projet sont liés à la mise aux normes de l’édifice (sécurité incendie, accessibilité à tous, structure) et à sa restructuration. Le grand escalier sud en est un élément emblématique : c’est le troisième grand escalier qui prendra place dans le château, après l’escalier des Maubec (à vis, du XVI°) et l’escalier des Voguë (à cage ouverte, du XVIII°). Après démolitions des planchers intermédiaires et de la voûte du rdc, cet escalier métallique, de plan triangulaire aux angles arrondis, sera détaché des parois médiévales dans lesquelles il s’inscrira et leur sera connecté par des paliers en verre.

Réception du chantier de restauration des couvertures du château de Ray-sur-Saône

Première grande restauration depuis la fin de la construction. Le chantier a nécessité un niveau de compétence et de technicité rare mettant à l’honneur tous les savoir-faire du charpentier et du couvreur. 

Deux ans de travaux et 130 000 tuiles plates neuves et anciennes panachées ont permis de restaurer les 2000m² de toitures du château.

© Agence Method – Département de la Haute-Saône